Sujets concours
Téléchargement gratuit
des sujets et corrigés
des concours
   
Bourses d'études
Toutes les informations utiles
pour l'obtention d'une
bourse d'études
 
Etude à l'étranger
Etats Unies, Canada, France,
Belgique, Espagne, Angleterre
Japon, Chine, Brésil ...
 
Librairie Brainprepa
ENAM, ENS, Polytech, ASECNA
Faculté de médecine, ISSEA,
IRIC, ESSEC, IUT, UCAC...
 

Commentez cette pensée d’Albert CAMUS : « La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent ».

Introduction

Elle devrait avoir les parties suivantes :

Amener le sujet (le candidat peut partir: soit d’un constat d’ordre général, soit d’un exemple ou d’un contre-exemple, certains candidats peuvent aussi partir de la définition des concepts).

Définir des termes clés

Vraie générosité : la disposition à donner dénouée de tout intérêt égoïste, disposition à donner plus qu’on est tenu de la faire.

Consister à : revenir à

Avenir : future, jeunesse, postérité, progéniture, Cameroun de demain

Tout donner : se sacrifier, donner le meilleur de soi-même, œuvrer pour le bien de l’humanité, donner sans réserve.

Présent : moment actuel, maintenant, aujourd’hui, nous

Réécriture du sujet :

Il faut noter d’emblée que Albert CAMUS (1913-1960), de nationalité française est un écrivain existentialiste du 20ème siècle, littéraire engagé. Dans cette pensée, il veut dire tout simplement que : l’homme n’est rien d’autre que ce qu’il se fait, rien n’arrive au hasard ; les réalisations, les réussites futures se préparent aujourd’hui (l’avenir se prépare aujourd’hui), les sacrifices d’aujourd’hui sont le bonheur de demain ou alors garantissant les succès futurs.

Problématique :

Exemples :

  • Quel est l’impact des sacrifices d’aujourd’hui sur l’avenir ?
  • Les efforts du présent ne conditionnent-ils pas l’avenir ?
  • Le don de soi sans réserve est-il un gage de succès de demain ?

Plan

Pour énoncer le plan, il faut réexaminer la consigne d’écriture. Commentez = expliquer par un commentaire, faire des remarques, des observations sur le fait pour mieux expliquer et les exposer. Mais la version anglaise du sujet est plus explicite quant à la consigne d’écriture : Discuss this thought, donc commenter ici renvoie aussi à discuter. Il faut donc noter qu’il n’y a pas à la base une différence fondamentale entre commenter et discuter. Tous deux font appel à un débat contradictoire sur un point de vue où les interprétations du sujet vont être dialectisées. Un plan dialectique qui correspond à ce type de sujet consiste donc d’abord à expliquer et à soutenir la thèse d’une part et d’autre part d’en relever les limites ou d’émettre les réserves.

I-                    THESE : L’HOMME EST CE QU’IL SE FAIT

  1. A.Le succès se trouve au bout de l’effort
  • L’homme est le fruit de ses œuvres ;
  • Le culte de l’effort, du sacrifice ;
  • L’honnêteté, probité morale ;
  • L’amour du travail bien fait ;
  • Le sens de la responsabilité.

Le candidat peut soutenir ces idées en citant un auteur comme Jean Paul SARTRE, écrivain existentialiste qui déclare que : « l’homme n’est rien d’autre que ce qu’il se fait ».

Fabien EBOUSSI BOULAGA, écrivain et philosophe camerounais : « l’histoire a une connaissance et un poids où s’inscrivent les actes humains. Le passé informe le présent, celui-ci reprend et réinterprète le passé et conditionne l’avenir » Afrika Zamani, 1979.

  1. B.Le développement de l’esprit civique et citoyen
  • L’amour de la patrie, le culte des valeurs publicaines ;
  • Le respect de la chose d’autrui, le sens de l’altruisme ;
  • La mise en place des institutions et leur respect (un homme politique comme Henri CHENE, ancien administrateur colonial français, 1956 peut être cité ici par le candidat lorsqu’il déclarait que « les instituions d’un Etat ne valent ce que valent les hommes qui les dirigent » ;
  • La primauté de l’intérêt général ;
  • La protection de l’environnement.

Transition : s’il est admis que l’homme n’est rien d’autre que ce qu’il se fait, cette affirmation présente aussi beaucoup de limites.

II-                  ANTITHESE : LES LIMITES A LA CONSTRUCTION DE L’AVENIR

  1. A.Les limites endogènes
  • L’égoïsme empêche à l’homme de se sacrifier ;
  • La paresse, le culte du moindre effort, comportement le don de soi ;
  • Le non respect du patrimoine public ;
  • L’aliénation du patrimoine culturel, matériel et immatériel (musées, sites, objets culturels, pharmacopée, coutume, danse, musique, contes…)
  1. B.Les limites exogènes
  • l’influence empêche : au Tchad par exemple les institutions financières internationales font pression sur ce pays afin qu’il fasse des réserves sur ses ressources pour les générations à venir alors que les générations actuelles ne sont pas sorties de la pauvreté ;
  • Le tribalisme, le népotisme, le favoritisme ;
  • Menace sur l’équilibre de la planète (émission de gaz à effet de serre, changement climatique).

Conclusion

Bilan : L’homme est ce qu’il se fait mais il y a des limites (le hasard, la prédestination…)

Réponse à la question posée : nous pouvons affirmer que la construction d’un avenir radieux repose sur les sacrifices consentis aujourd’hui.

Ouverture : l’enfant est-il effectivement le père de l’homme ?

Pour poster un commentaire, vous devriez vous identifier ou vous inscrire (pour les nouveaux membres)

Commentaires