Sujets concours
Téléchargement gratuit
des sujets et corrigés
des concours
   
Bourses d'études
Toutes les informations utiles
pour l'obtention d'une
bourse d'études
 
Etude à l'étranger
Etats Unies, Canada, France,
Belgique, Espagne, Angleterre
Japon, Chine, Brésil ...
 
Librairie Brainprepa
ENAM, ENS, Polytech, ASECNA
Faculté de médecine, ISSEA,
IRIC, ESSEC, IUT, UCAC...
 

La corruption est-elle dans la société contemporaine un anachronisme

TOPIC : Would corruption in contemporacy society be an anachronism ?

  1. I.Préliminaires

E sujet ainsi libellé est délicat dans la mesure où il ressort aussi bien au droit pénal, à la sociologie qu’à la culture générale. La tentation pour le candidat juriste est de plaquer un plan bipartite ou analytique, avec en prime une restitution incongrue de ses cours de droit. Erreur ! Il s’agit bel et bien de l’épreuve de culture générale qui convoque d’autres types de connaissances (littéraires, philosophiques et morales) et une technique particulière (le plan dialectique en trois parties).

Néanmoins, le correcteur devra prendre en compte le background des juristes, en même temps qu’il sera tenu de primer ceux qui arrivent à faire montre d’une bonne connaissance des auteurs, des écrivains humanistes, des essayistes et des philosophes.

Tout candidat qui ne maîtrise pas la technique de la dissertation et qui présente une copie schématisée (I. A/B ; II. A/B) aura forcément une note inférieure à 3/6. En revanche, le fond sera noté sur 14 et évalue comme tel, compte tenu des lacunes surle plan méthodologique.

Chaque correcteur doit d’abord utiliser un brouillon pour le report des notes.

  1. II.Définition des concepts

La corruption est un comportement (acte ou une omission) consistant en la réception d’offres, de dons et présents, de promesses contre un échange de service. Elle est une atteinte à la loi et à la morale.

Société contemporaine : Société d’aujourd’hui

Anachronisme : qui accuse du retard par rapport au temps présent.

  1. III.Problématique

Quel type de regard faudrait-il poser sur une société corrompue : un idéaliste et utopique qui fait de la corruption quelque chose de dépassé ou un regard réaliste et pragmatique qui reconnaît le fléau et cherche à en limiter les dégâts ?

  1. IV.Introduction

Toutes les mythologies sur l’humanité montrent que l’homme sur terre est en proie aux fléaux, maux et vicissitudes de toutes sortes, dont la conséquence est l’atteinte à la loi, à la morale. C’est dans cette perspective qu’il faut aborder la corruption entendu comme toute action explicite ou implicite, toute rétribution quelconque en rémunération d’un service à accomplir ou accompli. Au regard du travail de moralisation qui se fait, l’image de l’homme aujourd’hui devrait être faite de rectitude morale, de probité et de foi patriotique. Ceux qui pensent à leur aise sont enclins à affirmer que la corruption dans la société d’aujourd’hui relèverait de pratiques éculées, surannées. En revanche, d’autres rétorquent que ce fléau est aussi vieux que le monde et tapi dans chaque société humaine, si tant est que le paradis n’est pas sur terre. Dès lors, quel type d’attitude faut-il adopter face à la corruption ; l’idéalisme utopique ou le réalisme réformateur ? Une analyse des manifestations des causes et des moyens de lutte contre la corruption permettre de répondre à cette question.

  1. V.Plan possible
  2. 5.1.Manifestations de la corruption dans la société contemporaine

Monnayage, trafic d’influence dans tous les secteurs de la vie : administration, églises, écoles, universités, villages, vie associative.

Tout est monnayé au vu et au su de tout le monde. On revient de plus en plus aux charges vénales. Il y a une totale déliquescence des mœurs : froideur, escroquerie, harcèlement moral et sexuel, bref totale anomie sociale. Le Cameroun, le Paraguay et le Honduras ont été classés par l’ONG allemande Transparency International parmi les têtes de proue de la corruption mondiale.

  1. 5.2.Causes de la corruption
  • Pauvreté morale et matérielle ;
  • Crise économique, paupérisation généralisée, exploitation néocoloniale
  • Faible conscience éthique et morale ;
  • Législation laxiste, administration procédurière et tracassière ;
  • Impunité, pesanteurs, immunités, etc.
  1. 5.3.Stratégie de remédiation
  • Formation morale et éthique ;
  • Lutte contre la pauvreté (salaire, emplois) ;
  • Renforcement de la lutte ;
  • Dispositif répressif indépendant ;
  • Respect des lois de la République (Art. 66 de la constitution de 1996)
  • Contrat social reposant sur la démocratie, la bonne gouvernance, l’égalité de tous devant le loi, la lutte contre l’embourgeoisement illicite, l’éradication de la « feymania ».
  1. VI.Conclusion

La corruption, ici comme ailleurs, est un fléau qui porte atteinte à la dignité humaine, exposant ses adeptes à la déchéance. Elle est la violation des devoirs de probité, de fidélité et d’impartialité requis dans l’exercice d’une charrie politique ou sociale au détriment de l’usager. Nul idéalisme ne saurait prévaloir, car l’on ne saurait nier les évidences. Toutefois, au-delà des contacts parfois défaitistes, il faut lutter chaque jour contre le mal, au moyen d’une législation adéquate, par des politiques sociales n’exposant pas l’homme à la misère, au reniement de soi et des valeurs transcendantales. L’avenir des nations est à ce prix.

Pour poster un commentaire, vous devriez vous identifier ou vous inscrire (pour les nouveaux membres)

Commentaires